Spécial témoignage

 

4462215_attaques-de-boko-haram-au-cameroun-37338-hd

La FIDH (Fédération Internationale des Droits de l’Homme) a condamné le 21 janvier 2015 les dernières attaques de Boko Haram qui se sont soldées par un massacre sans précédent à Baga, faisant plus de 2 000 morts.


C’est dans ce contexte que notre correspondant au Cameroun témoigne :


L’enjeu de la situation avec la secte islamiste Boko Haram est politique, économique, social et surtout spirituel.

Contexte politique, économique et social :

Cette secte sème la terreur en utilisant les armes en prenant les otages, en massacrant toutes la population d’une zone ciblée, arrachant les biens … lorsqu’ils arrivent dans un village, ils tuent les adultes, prennent les jeune…

Ici, les populations sont satisfaites du travail de l’armée spéciale du Cameroun mais l’effectif n’est pas du tout suffisant devant le géant Nigéria.

Contexte familial :

Mes parents habitent à environ 20 km du Nigeria. Lorsque la secte a détruit tout un village non loin de chez eux, nos parents nous ont appelé pour dire que « tout le monde fui, si la situation ne change pas ils partiront aussi avec les dernières personnes. Mais où aller puisque nous avons tout ici ? »

Les grands parents de mon épouse disent qu’ils ne bougent pas car ils sont âgés et ils les attendent sur place. Par contre ils ont laissé leurs petits fils partir (surtout qu’ils enlèvent les jeunes filles pour en faire femmes et des jeunes garçons pour combattre).

Ici nous avons accueilli un petit frère de mon épouse et une de mes petites sœurs pour continuer les études. Nous avons demandé à d’autres d’accueillir une sœur de mon épouse et son 2ème petit frère.

Pour l’instant il y a un camp militaire dans la zone mais on ne sait pas comment et quand la secte attaquera. Actuellement mes parents ont accueilli quelques réfugiés venus soit du Nigeria soit des villages frontaliers.

Contexte de l’église :

Des dizaines d’églises le long de la frontière ont été fermées. Un pasteur est maintenant dans ma communauté car il a été obligé de partir ainsi que ses paroissiens comme dans d’autres communautés.

On dénombre 3 églises opérationnelles selon les informations que j’ai eues. A certains endroits les gens vont à l’église mais le culte est court…

Le 30 janvier est jour de jeûne et de prière en faveur du Cameroun et de nos forces de défenses.

Sujets de prière : 

1. Pour nos parents et les autres familles qui traversent ces situations,

2. Pour nous qui accueillons nos petits frères et sœurs afin que le Seigneur nous vienne en aide,

3. Pour toute l’église au Cameroun et à l’extrême-nord en particulier,

4. Pour les informateurs : il y a probablement parmi la population (les nationaux ou les réfugiés) des personnes qui informent la secte : prions que le Seigneur les démasque,

5. Pour que le Seigneur touche les assaillants pour qu’ils se tournent vers Christ.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s