Camp 13-17 ans à Douala


Par Abraham


Quelques lignes au sujet du camp « ASR « à Douala :

C’est la sœur Alice AZONGA du Plein Évangile Akwa qui est l’initiatrice du projet « Camp ASR » à Douala.

Les mamans sont presque à bout de souffle. Elles n’en peuvent plus du comportement déviant de leur progéniture (ado/jeunes).

La sœur Alice connait bien le programme « ASR » et nous a fait appel pour entretenir les enfants de l’école du dimanche de sa communauté où elle est encadreur. C’est vrai que le message ne s’adresse pas aux parents mais ils jouent un rôle déterminant. Certains me le font fait savoir : « nous ne savons pas comment nous y prendre ». En fait je découvre que les parents seraient prêts à envoyer leurs enfants suivre les cours ASR mais il faudrait qu’ils découvrent ASR.

Les ado/jeunes se sentent comblés par les réponses claires à leurs interminables interrogations, le cadre est adéquat pour discuter, la peur est dissipée, les arguments sont solides et les convictions renforcées pour le choix de l’abstinence, … pleins d’autres déclarations/réactions des ado/jeunes…

A la fin de la dernière session, où je devrais bientôt prendre congé d’eux, certains ne pouvaient plus retenir leurs larmes, comme pour dire pourquoi doit-il partir ? C’était un moment agréable je ne suis pas prêt(e) à quitter comme ça ; … je leur ai promis que leurs moniteurs pourront davantage les entretenir du sujet (ces derniers seront formés en août). Les quelques encadreurs/moniteurs présents étaient comblés, selon Justin : « Enfin vous avez débloqué la situation ! On peut librement parler de ce sujet ! Nos enfants sont vulnérables à cause de leur environnement et mêmes les parents ne savent que faire. Je m’impatiente pour la prochaine formation. » Justin était un « Timothée » mis en place par la sœur Alice. Elle a décidé d’avoir un « Timothée » sans que je lui en parle, c’est extraordinaire !

Le même soir j’ai reçu des SMS d’un parent qui a manifesté la joie de voir ses enfants rentrer avec ce message : « J’ai pris l’engagement de l’abstinence Je me battrai pour préserver ma vie. » Elle disait que c’était son combat permanent mais elle n’avait pas d’outil ou technique appropriés. « C’est une joie de voir mes enfants me parler de ce sujet que nous n’osions pas évoquer, dans la plus part des cas ».

Il faut aussi dire que ce n’est toujours pas facile de réunir les gens pour participer aux activités des organisations chrétiennes. Il y a toujours de la méfiance. Le programme ASR est très évocateur de par son nom et aussi par la méthode, pour ceux qui décident au moins de découvrir.

Avant le camp, j’ai reçu des appels de personnes voulant se former. Je les ai tout simplement renvoyés au séminaire d’août à Douala. Le champ s’élargit, je rends grâce au Seigneur parce que j’ai fini ma formation j’ai donc assez de temps.

polaroid-981440_640

mai

 

mai1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s