Clôture du programme ASR dans les écoles et avec les jeunes de l’église

Par Abraham :

Le programme ASR de cette année scolaire à l’école et avec les jeunes de l’église a été clôturé.

Sujets de prières :

  • Plan d’action pour la rentrée scolaire 2018/2019, implications parents, directeurs et autres acteurs.
  • Formation des nouveaux animateurs.
  • Nos familles respectives avec les différents défis auxquels nous faisons faces .
Publicités

Nouvelles de Willy et Véro

Par Willy et Véronique :

Janvier 2018

Notre voyage jusqu’à Bouar (RCA) à été annulé et le projet de ATP1 reporté au mois d’avril à cause de certaines dispositions et contraintes locales de dernière minute (vu la situation dans le pays, il n’est pas facile de « garantir les programmes »).

C’était une déception pour nous et pour ceux qui s’attendaient à notre arrivée, mais ce n’est que partie remise.

Nous nous sommes donc arrêtés au camps de Guiwa où nous avons pu travailler pendant trois jours avec notre « équipe de base » et constater qu’ils avaient bien progressé en faisant des ateliers de renforcement de capacité et de restitution pendant notre absence.

Certains séminaires ont d’ailleurs pu être organisées par quelques-uns et d’autres sont en projet à Bertoua.

J’ai pu les accompagner et les conseiller pour la rédaction finale de leurs mémoires qu’ils doivent me faire parvenir pour la fin de ce mois.

Nous avons aussi pu avoir des ateliers sur le thème de l’approche et de l’évangélisation des musulmans avec recherche de l’application de la position basse et d’une communication moins violente qu’à notre habitude… !

Deux perspectives se dessinent dans leurs projets, Pour certains s’organiser pour rester résidents au Cameroun et utiliser leur formation pour servir dans la région de l’Est et pour les autres un progressif retour au pays pour apporter leur pierre à la reconstruction sociale, morale et spirituelle.

Merci Seigneur pour tout ce qui a pu être donné à ces disciples (pains et poissons) et que tu pourras multiplier pour le bien de ceux qui souffrent et qui ont faim de toi même sans le savoir !

Pour Véro, de bons moments avec les enfants du camp et aussi les femmes de valeur qui continuent à se retrouver chaque mercredi pour s’encourager et faire chacune à leur tour une session de VLC ou sur la parentalité.

Faire « la traversée » (entre les années 2017 et 2018) a été un temps fort de réjouissance, de reconnaissance, d’engagement et d’espérance, d’autant plus apprécié que vécu dans un contexte de pauvreté et d’insécurité matériel évident.

Nous sommes donc de retour à Yaoundé où nous gérons « les affaires courantes » (qui nous font courir, car elles, ne courent pas… !)

C’est ensuite le projet Vidéo ASR qui va m’occuper pendant les deux semaines suivantes. C’est vraiment un gros défi d’organiser les choses pour réunir les éléments qui ont permis de réaliser la vidéo test et aussi ceux qui vont permettre d’améliorer et la technique et la pertinence du scénario.

Le but est donc de réunir et préparer le maximum pour un tournage en fin mars.

Nous nous remettons à vos prières !

Echos 2017 : Mission Cameroun-Tchad

Par Abraham :

EFF Cameroun

« Je suis émerveillé par le programme ASR, la formation était d’abord extraordinaire et quand je suis allé sur le terrain  j’ai découvert plus de merveilles encore ». C’est avec ces mots que l’un de mes « Timothée » m’a répondu quand je prenais des nouvelles de leurs activités sur le terrain.

Il est bien vrai que je n’ai pas alimenté le blog ces derniers mois, néanmoins les activités quant à elles vont bon train surtout dans la ville de Mokolo et quelques coins. A Dieu soit la gloire !

Actuellement, sept animateurs ASR se déploient dans les établissements de la ville de Mokolo depuis le mois d’octobre pour apporter les enseignements (sous forme de brainstorming) à 942 élèves enregistrés.

Il est vrai que le nombre d’animateurs a augmenté mais l’effectif des jeunes a paradoxalement diminué par rapport à l’année dernière où nous n’étions que deux.

En effet, cette année nous avons ciblé des classes, d’une part nous avions enseigné à plein temps et d’autre part l’expérience joue un rôle important. L’année prochaine j’ai l’espoir que nous toucherons un plus grand nombre par la grâce de Dieu.

Quelques actions en images :

EFF Tchad

Les activités ont bien démarré avec EFF Tchad pour le compte de l’année 2017. La toute première rencontre du bureau s’est tenue en janvier.

Avec le retour de Marie-Christine, le comité est presque au complet. Néanmoins on note l’absence du Président Séraphin Riradjim affecté à Sahr à plusieurs centaines de kilomètres de N’Djamena.

Réunion du comité EF TCHAD tenue en janvier 2017

Les différents animateurs ont d’ailleurs fait la demande aux formateurs. Cette première séance était consacrée au programme ASR, dont voici quelques photos de déroulement de l’interactivité.

Selon Marie-Christine, « les participants au recyclage ASR étaient enchantés ». C’est très encouragent de voir trente personnes actives, se réunir pour approfondir leur formation.

En perspectives

En ce qui me concerne particulièrement, je n’ai pas organisé de séance de formation cette année. Dès le mois d’avril je commence avec une série de formation à Mokolo, merci de me soutenir dans/par vos prières, j’en ai vraiment besoin.

Il faut rappeler que j’avais besoin de m’installer à Yaoundé avec ma petite famille d’où l’obligation d’être stable avant de reprendre pleinement mes activités missionnaires.

D’autres contraintes existent aussi, notre Seigneur est au contrôle, tout ira bien. A Yaoundé et Douala, j’ai pour mission mettre en place des petites équipes ou simplement des nouveaux « Timothée ».

Soyez bénis et priez pour nous.

Projet ASR Mokolo, un an après !


Par Abraham DERECHOLD


Projet ASR Mokolo,
Extrême-Nord Cameroun…
un an après le lancement !

 

mokL’année scolaire 2015/2016 nous a particulièrement marquée notre fils Elohim Aimé, mon épouse Rachel et moi-même. Après la formation que nous avions eu à l’ENS de Maroua, il fallait rendre très utile l’année suivante. Après un moment de prière et de partage avec les bien-aimés, nous avions opté pour Mokolo, l’un des départements (administratif) de la région de l’extrême-nord Cameroun. En mettant le cap sur Mokolo, nous avions des défis (Comment y aller ? Où s’installer ? Avec quels moyens ? Par où commencer ? Et si on ne nous acceptait pas ?…). En fait toutes ces questions paraissent  normales parce que nous sommes humains (j’ai aussi une famille) mais la passion de partager ce que j’ai reçu gratuitement m’excitait fortement. Nous avions mis le cap sur Mokolo et pendant tout notre séjour nous avons à nouveau expérimenté que le Seigneur est de façon permanente avec nous, comme toujours.

Arrivés et installés à Mokolo, nous avions un tout autre défi : comment toucher le maximum de jeunes de plus en plus nombreux à Mokolo ?

La pression de la secte islamiste Boko Haram a conduit à une arrivée massive des réfugiés nigérians (regroupés dans des camps de HCR principalement à Minawao) et aussi des déplacés insérés dans les rues de Mokolo. On a donc assisté à un sur effectif d’élèves dans les établissements scolaires. C’est alors que j’ai fait appel à un animateur formé à Yaoundé. J’avais pour Mission de renforcer ses capacités, étant donné qu’il avait une formation de base et d’autres formations dans l’encadrement des enfants, cela était possible. Il est donc certain que le Seigneur est au contrôle, il a utilisé plusieurs personnes pour rendre possible cette mission. Certains nous soutenaient dans la prière et la logistique à travers la mission EFF, d’autres financièrement en particulier Pierre ODDON de l’association diffusion de l’évangile (par l’intermédiaire de Willy Etienne DURON) pour nous permettre de payer le taxi et d’autres encore matériellement comme Jean Marc DOUFTA de l’association SECADUR, étant déjà bénis, qu’ils soient fortifiés à la gloire de Dieu.

downloads

A cet effet nous avons touchés 2 583 élèves répartis dans 29 classes environs.

Notons qu’en présentant le programme ASR à un chef d’établissement, dans la plus part des cas, celui-ci donne son accord sur le champ mais il n’est pas prêt à financer le déplacement des animateurs. Pourtant le coût pour le matériel et le déplacement des animateurs s’élèvent à 2’000 XAF (3€) par élève-participant pour une année scolaire.

Les animateurs n’ont pas de salaire, nous travaillons avec ceux qui ont le fardeau ou du moins partagent cette vision. Au moins cherchons des soutiens pour leur permettre de se déplacer. Je continue à prier et à réfléchir pour trouver la bonne stratégie ; je demande au Seigneur de m’accorder le discernement pour trouver la bonne formule, avec le soutien de mes bien-aimés bien entendu.

Il est important de rappeler que j’ai été affecté à mon nouveau et 1er poste à 51 km de Yaoundé. Il faudra attendre 1, 2 ou 3 ans avant de percevoir mon premier salaire. Je devrais donc laisser derrière mois tout cet investissement pour aller m’installer avec ma famille à Yaoundé (située à 1 155 km de Mokolo !).

abra Heureusement que le Seigneur prévoit et planifie tout, il est merveilleux ! Avant la fin d’année, nous avions formé huit nouveaux animateurs dont quatre ont fait un stage sous ma supervision, deux sont en activités dans leurs établissements d’attache. Les 2 autres plus ou moins actifs (selon le canevas du programme ASR) diploont fait la restitution autour d’eux. Tous ces huit animateurs sont sous la responsabilité d’un comité local mis en place avant notre départ. Le comité local travail en collaboration avec le comité national ; même sur le plan humain, je ne suis pas seul dans ce vaste projet.

Pour dire qu’au lieu de voir le programme s’arrêter au contraire il s’est multiplié, Dieu soit loué !

mok6Comme chaque année nous démarrons les activités en octobre pour arrêter entre fin avril et début mai ; c’est exactement en moyenne 3 semaines par mois la 4e semaine étant réservée aux évaluations. C’est dire que pour cette année scolaire 2016/2017, les activités ont démarré. Après la première semaine, hier un animateur m’a déclaré : « Je suis émerveillé, je ne m’attendais pas à une telle interactivité, c’est vraiment passionnant ». Je lui ai répondu : « Tu découvriras encore davantage de choses… ».

Je compte sur la grâce du Seigneur pour fournir d’autres nouvelles le mois prochain.

 

Nouvelles : Camp de Guiwa


Par Willy & Véro (DURON)     


                     Yaoundé (CMR) le 6 septembre

C’est une joie pour nous de vous donner quelques nouvelles !

Nous, Willy & Véro, Abraham & Rachel et leurs Timothée Polycarpe & Pauline, avons été porté par vos prières ;  notre séjour à l’Est parmi les réfugiés centrafricains, a été bien rempli et nous avons vu la main de Dieu dans la façon dont nous avons pu respecter tous ce qui a été planifié, malgré la difficulté des déplacements dans cette période saturée par la rentrée scolaire.

Il y avait toujours un véhicule avec les places nécessaires au bon moment.

Bien sûr, une fois dans le véhicule, il faut « s’accrocher », les conditions de confort et de sécurités étant pour le moins « minimales » et  le voyage interminable en raison des multiples arrêts, la surcharge du véhicule et les multiples contrôles d’identité en raison de la lutte contre le terrorisme. Un peu spartiates aussi les conditions de vie à l’intérieur du camp de réfugiés où nous sommes arrivés avec le “nécessaire de base“ à savoir un matelas mousse, une moustiquaire, un seau et une lampe portative solaire.

La joie du partage fait vite oublier les petits désagréments, les témoignages des changements opérés depuis notre dernier passage par la parole de notre Dieu et la soif d’apprendre de nos frères et sœurs sont une motivation puissante.

Nous disions donc que notre programme a été bien rempli, Véronique avec les femmes (depuis février elles ont commencé le mouvement « Femmes de valeur »), Willy avec une douzaine de responsables, la première semaine avec la restitution de la formation VLC donnée en février et l’enseignement des enjeux de la parentalité, lors de la deuxième semaine, la formation ATP, les bases de la conduite d’entretiens pastoraux a enthousiasmé ces « pasteurs » sollicités par tant de personnes souffrant de stress post-traumatique et vivant des situations complexes suite aux séparations, déplacements et autres conséquences de la guerre.

SAMSUNG CSC

Quelle grâce aussi chaque matin de cette semaine de pouvoir apporter des sessions sur le thème de « Mieux communiquer »,  « Vivre et exprimer ses émotions », « Gérer les conflits » et « le pardon » à des responsables de la communauté musulmane.

Véro, avec les femmes traduite en Fufuldé par Pauline, et Willy traduit par Polycarpe accompagné chaque jour par deux pasteurs différents, émerveillés de découvrir les possibilités de ce dialogue.

Rachel a pu conduire des moments très animés avec les enfants et Abraham continuer les renforcement de capacité avec les jeunes formés avec le programme « Aimer Sans Regrets ».

En soirées, avec le matériel d’Audio Vie, nous avons projeté plusieurs films qui ont réunis plus largement les populations autour du message de l’évangile.

Nous sommes invités par les différentes communautés représentées à revenir dans six mois pour continuer le travail commencé.

Ils ont le désir d’être plus équipés pour retourner travailler à la reconstruction de leur pays, dès que la sécurité reviendra.

Et voilà, nous voici de retour sur Yaoundé où d’autres occupations nous retiennent pour une dizaine de jours et en particulier la mise en place des scénarios et répétitions des premières scènes du projet vidéo pour le programme « Aimer Sans Regrets ».

Toute l’équipe se joint à nous pour vous transmettre des salutations fraternelles du Cameroun.

 

Camp 13-17 ans à Douala


Par Abraham


Quelques lignes au sujet du camp « ASR « à Douala :

C’est la sœur Alice AZONGA du Plein Évangile Akwa qui est l’initiatrice du projet « Camp ASR » à Douala.

Les mamans sont presque à bout de souffle. Elles n’en peuvent plus du comportement déviant de leur progéniture (ado/jeunes).

La sœur Alice connait bien le programme « ASR » et nous a fait appel pour entretenir les enfants de l’école du dimanche de sa communauté où elle est encadreur. C’est vrai que le message ne s’adresse pas aux parents mais ils jouent un rôle déterminant. Certains me le font fait savoir : « nous ne savons pas comment nous y prendre ». En fait je découvre que les parents seraient prêts à envoyer leurs enfants suivre les cours ASR mais il faudrait qu’ils découvrent ASR.

Les ado/jeunes se sentent comblés par les réponses claires à leurs interminables interrogations, le cadre est adéquat pour discuter, la peur est dissipée, les arguments sont solides et les convictions renforcées pour le choix de l’abstinence, … pleins d’autres déclarations/réactions des ado/jeunes…

A la fin de la dernière session, où je devrais bientôt prendre congé d’eux, certains ne pouvaient plus retenir leurs larmes, comme pour dire pourquoi doit-il partir ? C’était un moment agréable je ne suis pas prêt(e) à quitter comme ça ; … je leur ai promis que leurs moniteurs pourront davantage les entretenir du sujet (ces derniers seront formés en août). Les quelques encadreurs/moniteurs présents étaient comblés, selon Justin : « Enfin vous avez débloqué la situation ! On peut librement parler de ce sujet ! Nos enfants sont vulnérables à cause de leur environnement et mêmes les parents ne savent que faire. Je m’impatiente pour la prochaine formation. » Justin était un « Timothée » mis en place par la sœur Alice. Elle a décidé d’avoir un « Timothée » sans que je lui en parle, c’est extraordinaire !

Le même soir j’ai reçu des SMS d’un parent qui a manifesté la joie de voir ses enfants rentrer avec ce message : « J’ai pris l’engagement de l’abstinence Je me battrai pour préserver ma vie. » Elle disait que c’était son combat permanent mais elle n’avait pas d’outil ou technique appropriés. « C’est une joie de voir mes enfants me parler de ce sujet que nous n’osions pas évoquer, dans la plus part des cas ».

Il faut aussi dire que ce n’est toujours pas facile de réunir les gens pour participer aux activités des organisations chrétiennes. Il y a toujours de la méfiance. Le programme ASR est très évocateur de par son nom et aussi par la méthode, pour ceux qui décident au moins de découvrir.

Avant le camp, j’ai reçu des appels de personnes voulant se former. Je les ai tout simplement renvoyés au séminaire d’août à Douala. Le champ s’élargit, je rends grâce au Seigneur parce que j’ai fini ma formation j’ai donc assez de temps.

polaroid-981440_640

mai

 

mai1

La fin du séminaire ASR à Mokolo


Par Abraham DERECHOLD


Et comme prévu…

Comme premier constat, j’ai réalisé que le nombre de participants importe peu. Le groupe que j’avais était au-dessus de ce que j’imaginais. Nous avons toujours demandé au Père de nous envoyer les personnes qu’il faut et Il le fait… pour rappel « la moisson est prête mais il y a peu d’ouvriers… »

En fait, la fin du séminaire marque une nouvelle étape. Je remercie de Seigneur d’avoir permis le lancement du projet à Mokolo en permettant que je vienne m’y installer avec ma famille. Avant de venir nous avons demandé au Père de nous indiquer le lieu où nous passerons les 6 prochains mois( à partir de septembre 2015). C’est dire comme le Seigneur bénit mon ministère ! Pour être plus précis je dirais plus simplement que nos prières ont été exaucées : « Rendons grâce au Seigneur à cet effet ».

J’ai eu une équipe qualifiée et qui a de la volonté. Pour preuve, deux personnes ont été désignées pour préparer et convoquer la prochaine première rencontre dans un bref délai. Après les renforcements de capacités, trois personnes se sont proposées pour me remplacer dans les lycées. La prochaine rencontre tiendra compte des renforcements de capacités et la mise en place d’un comité local. C’est peut-être l’idéal pour s’implanter dans chaque localité. Pour l’instant on démarre avec ce groupe et nous verrons pour la suite… Le Seigneur indiquera encore exactement l’autre étape.

asr-mokolo

Chacun des participants avait sa touche particulière et cela a vraiment enrichie l’équipe. Cette particularité individuelle s’explique par les expériences professionnelles de chacun et aussi celles de la vie. Chacun a exprimé sa motivation pour aider les autres et surtout la jeune génération.

3A ce séminaire, il y a avait un couple dont la présence n’était pas le fruit du hasard. Ce jeune couple a pour vision d’investir dans le ministère de la vie de famille. L’époux disait : « Depuis 4 ans je cherche une formation comme celle-ci, j’ai même écrit à des organisations (chrétiennes) en Europe qui m’ont répondu qu’il n’y a pas cette formation pour l’Afrique. EFF répond exactement à nos besoins et nous rendons grâce au Seigneur ! » Il ajouta : « Nous sommes prêts pour les autres modules de formations ».

Et ce n’est que le commencement d’une mission, d’un message que nous portons tous et chacun peut le répartir, le difuser partout dans le monde entier.

…Reconnaissances et remerciements…

Nous sommes particulièrement reconnaissants face aux actions du frère Jean-Marc DOUFTA et des sœurs Adèle et Rachel épouses respectives de Jean-Marc et moi-même pour nous avoir soutenus techniquement et même spirituellement ainsi que la sœur Mbalidam. Ce sera ingrat de notre part de ne pas adresser notre reconnaissance à l’endroit du principal du Collège pour les locaux de son institution ayant abrité le séminaire, en partenariat avec SECADUR du frère Jean-Marc.

Que le Seigneur en tire pleinement gloire !

45

Abraham et Jean-Marc                                          Rachel DERECHOLD accroupie à droite

…Quelques images des participants en action/activité…

asr-mokolo1

…Remise des attestations…

Après la formation (enseignement et renforcements de capacités), chaque participant a reçu un certificat de participation après l’engagement à l’abstinence ou ré-engament à la fidélité. Les images en disent plus …

WOUYADAMOUNG Policar

      asr-mokolo3                                             

…Témoignages…

Léon, doctorant : « La formation a été très intéressante de bout en bout. Non seulement à cause du thème évocateur mais aussi la méthode d’approche ‘‘brainstorming’’. J’ai acquis, en plus de la connaissance, des techniques pouvant me permettre de mieux aider les jeunes à mieux vivre leur sexualité. »

Samuel, enseignant de maths : « Ce séminaire est trop intéressant et m’a permis de découvrir tout ce que je ne connaissais pas en ce qui concerne la vie affective et sexuelle. Il me donne envie de le faire connaître aux jeunes qui sont autour de moi. »

Pauline, enseignante : « Le séminaire m’a enrichi sur tous les plans ; être une bonne future maman par la grâce de Dieu… Je suis éclairée sur certains points que j’ignorais ou négligeais… bien ou mieux m’occuper de son mari… appel à être une aide pour les jeunes afin de les orienter. C’est vraiment important de toucher tous les jeunes avec ce programme. »

Policar, conseiller d’orientation/juriste : « Arrivé au terme de ce séminaire, toutes mes attentes par rapport à la gestion de la vie affective et sexuelle se retrouvent comblées. Je me sens équipé pour encadrer les jeunes sur ce sujet et en ai toujours exprimé le besoin. Merci à la mission EFF et son serviteur. Que Dieu vous bénisse et vous soutienne dans cette noble tâche. »

Paul, pasteur : « Séminaire très précis, très clair, très concis, très apprécié pour nos activités présentes auprès des jeunes et même des parents. L’enseignement sera partagé aux autres. Besoin exprimé pour assister à d’autres modules de formation. »

Patrice, élève : « Suite à ce séminaire, toutes mes visions sur la vie affective et sexuelle ont été touchées par les divers sessions déployés lors de la formation. Je rends vraiment grâce à Dieu de m’avoir permis d’assister à la formation. Suite à mes milieux de fréquentations majeures (le marché et la boutique), je suis en permanence avec les jeunes qui ne cessent de se focaliser sur le sexe et penser que c’est une preuve d’amour. J’implore la grâce de Dieu et son soutien pour développer le sujet de la vie affective et sexuelle. »

Joseph, théologien laïc : « Je rends grâce au Seigneur pour ce séminaire. Je suis fier d’avoir pour la première fois participé au séminaire ASR. J’ai pris goût et cela. Cela à également créé en moi l’envie d’en savoir plus, comme « comment parler aux couples ? » »

Siddi, pasteur/aumônier : « Nous pouvons dire que ce séminaire a été bénéfique. En effet, il est contextuel et répond aux besoins des jeunes de cette génération. En fait, l’abstinence est encouragée sous toutes ses formes parce qu’elle est le meilleur choix de la vie toute entière. »

…Et la suite…

La formation n’est qu’une étape. Les réunions se tiendront régulièrement. Abraham sera à Yaoundé avec sa famille dès l’été prochain mais il fera le déplacement à Mokolo tous les 2 ou 3 mois, selon la disponibilité des moyens, pour renforcer l’équipe et apporter les autres formations.

Mission a été donné à chaque participant de faire des animations de tout le programme dans sa communauté (église, cercle de jeunes, chorale,…). A cet effet un programme de passage sera établi et les animations se feront sous la supervision des autres animateurs et qui, ensemble avec les animateurs concernés, feront une évaluation à la fin de chaque session donnée. Pour faciliter l’organisation, 3 groupes ont été institués selon la communauté fréquentée.

Le formateur communiquera régulièrement avec ses « Timothée » par téléphone, par email ou éventuellement par Skype pour ceux qui dispose d’une adresse et d’une connexion.

23Léon (à gauche) et Policar (à droite) sont les deux personnes désignées pour convoquer, organiser et tenir les  toutes prochaines rencontres en attendant que les choses se mettent en place sur le plan administratif et éventuellement sur le plan technique.

 

Et pour terminer, je demande à tous ceux ou celles qui prient pour nous de continuer à me/nous soutenir dans cette œuvre. Je suis convaincu que beaucoup de personnes nous soutiennent sans même me/nous connaître physiquement. Que le Seigneur les bénissent davantage pour sa seule gloire en Jésus-Christ.

bouquet-of-flowers-bouquet-summer-959401_640

 

Merci à mon épouse Rachel qui est effectivement une aide indispensable pour moi dans mon ministère.